La bonne histoire belge

La troisième étape du Championnat du monde de rallycross, courue en Belgique, a souri à Sébastien Loeb, qui signe son premier podium dans la discipline.

Les week-ends se suivent et ne se ressemblent pas pour Sébastien Loeb. Malchanceux voilà une semaine à Hockenheim, où il avait échoué aux portes de la finale, l’Alsacien a cette fois franchi tous les obstacles pour monter sur la deuxième marche du podium, derrière le Suédois Mattias Ekström (Audi S1) et devant le Norvégien Petter Solberg (Citroën DS3).

« Ce sont les deux hommes forts du championnat, je suis donc satisfait de pouvoir être à la bagarre avec eux, dit le pilote de l’écurie Peugeot-Hansen. Globalement, tout s’est très bien passé, du début à la fin. Je me rends aussi compte qu’il faut une conjonction de beaucoup de paramètres pour que tout aille bien. »

Une seule erreur qui coûte cher

En Allemagne, le néophyte avait été plombé par un tirage au sort défavorable avant la première des quatre manches qualificatives, ce qui l’avait contraint à batailler dans le peloton sans jamais figurer aux avant-postes.

« Samedi, je me suis retrouvé en première ligne dès la première manche, une position que j’ai bien su exploiter pour signer le meilleur temps absolu », explique-t-il.

Ce premier succès en qualification l’a mis en confiance. Un peu trop, peut-être, puisque l’issue a été moins favorable dans le deuxième “run”. « J’ai perdu trois secondes et quelques places dans le dernier virage, où j’ai freiné trop tard, raconte-t-il. C’est ma seule erreur du week-end. Au final, je pense qu’elle me coûte cher. »

Ekström un ton au-dessus

Encore très performant lors des deux manches qualificatives, hier matin – troisième puis deuxième –, Loeb hérite de la deuxième place sur la grille de sa série, en demi-finale, derrière Ekström.

« Si je n’avais pas perdu ces points samedi, je serais parti en pole dans l’autre demie, ce qui m’aurait peut-être permis d’être en première ligne en finale », ajoute-t-il.

Dominé par le Suédois en demie, Loeb doit se contenter de la troisième place sur la grille. S’il parvient à passer Solberg, Ekström reste hors d’atteinte.

« Son Audi est très performante et il marche fort, reconnaît Loeb. On a l’impression qu’il est un peu plus facile avec sa voiture. Moi, je suis obligé de m’arracher pour suivre son rythme. Il faudra travailler sur le développement de notre 208 pour combler la différence. »

Quatrième au général

Au final, l’escapade sur le circuit de Mettet s’apparente quand même à une bonne histoire belge. Au championnat, l’Alsacien gagne ainsi deux places pour émarger en quatrième position, à 24 longueurs du leader Ekström.

« Les écarts sont déjà conséquents, mais tout peut basculer très vite, dit-il. Regardez Heikkinen, le coéquipier d’Ekström, qui était devant moi au général. Il est allé de galère en galère et n’a pris qu’un point ici. En rallycross, la régularité est hyper importante. Et personne n’est à l’abri d’un week-end sans… »

Prochaine étape, dans deux semaines en Angleterre.

Sébastien Keller © Dernières Nouvelles d’Alsace 16/05/2016